La langue roumaine

« La langue roumaine a des vertus complètes, c’est-à-dire qu’elle peut être le véhicule de tout ce qui se passe spirituellement chez l’homme. C’est très difficile à gérer. Grâce à elle, vous pouvez devenir un aigle ou un chantre d’église »- Petre Ţuţea

 

La langue roumaine est, parmi les langues romanes, la cinquième en nombre de locuteurs, après l’espagnol, le portugais, le français et l’italien, étant parlée dans le monde par 28 millions de personnes, dont 24 millions l’ont comme langue maternelle. 17 millions se trouvent en Roumanie, où le roumain est la langue officielle et la langue maternelle de plus de 90 % de la population.

En République de Moldavie, le roumain est la langue officielle et la langue maternelle des trois quarts de la population, et dans la province autonome de Voïvodine en Serbie, le roumain est l’une des six langues officielles.
Aussi, le roumain est une langue officielle ou administrative dans l’Union latine, organisation internationale qui regroupe les pays du monde où l’une des langues romanes est parlée et dans l’Union européenne, depuis le 1er janvier 2007.

 

« Le roumain est l’une des cinq langues dans lesquelles se déroulent les services religieux dans l’État monastique du Mont Athos.
Le roumain est la langue maternelle ou est également parlé en Ukraine, en Hongrie, dans la vallée de Timoc en Serbie ou en Bulgarie. Il est également parlé dans les communautés ethniques roumaines en Croatie, Slovénie, Slovaquie ou Pologne.

Les émigrés ont pris la langue roumaine dans le monde entier : en Israël, 5% de la population vient de Roumanie et parle roumain. En Italie, en Espagne, aux États-Unis, au Canada, en France, en Allemagne, au Portugal, à Chypre ou en Australie, on estime que plus de 3 millions de Roumains vivent.
Les étudiants étrangers ou ceux qui ont travaillé en Roumanie sont des locuteurs roumains et on estime que plus d’un demi-million d’Arabes du Moyen-Orient, qui ont étudié en Roumanie, parlent roumain.

La langue roumaine est enseignée dans les pays d’Europe de l’Est où se trouvent d’importantes communautés roumaines, mais aussi dans les établissements d’enseignement de 43 pays du monde, où la langue roumaine est apprise comme langue étrangère.

 

Les Moldaves luttent pour conserver la langue roumaine

« Notre langue roumaine » a été célébrée pour la première fois comme jour férié en République de Moldavie le 31 août 1990, après l’adoption de la loi sur le retour à l’écriture latine le 31 août 1989, et la langue roumaine avait acquis la statut de langue officielle en République de Moldavie.

Pendant la période soviétique, la population a été forcée de parler la langue moldave et d’utiliser l’écriture cyrillique. Le rôle de la langue roumaine en tant que langue d’État de la République de Moldavie a été consacré dans la déclaration d’indépendance adoptée le 27 août 1991. Par la suite, l’article 13 de la Constitution de 1994 a établi le moldave comme langue officielle, mais en 2013 la Cour constitutionnelle de la République de Moldavie a interprété que cet article a une valeur juridique inférieure à celle de la Déclaration d’indépendance et a élevé la langue roumaine au rang de langue officielle.

Depuis 1994, une partie du poème « Notre langue » écrit par Alexei Mateevici, réorganisé sous la forme de cinq strophes de quatre vers chacune, a été choisi comme hymne national de la République de Moldavie. La poésie est un éloge de la langue romane et une exhortation à son appréciation. »

article journal identitatea.ro